Hypothyroïdie que manger ? jaquette

Hypothyroïdie que manger ? Soutenir sa thyroïde, 15 bons micronutriments et leurs listes d’aliments

Mar 12, 2023

Découvrons pourquoi ces aliments sont bons pour notre thyroïde.

Notre thyroïde est la glande que l’on peut considérer comme le chef d’orchestre de notre corps puisqu’elle fabrique des hormones qui vont finir par agir au cœur de toutes nos cellules.

Ce sont elles qui contrôlent la vitesse des fonctions chimiques de l’organisme, ce que nous appelons notre métabolisme de base. C’est-à-dire, la dépense d’énergie dont votre corps a besoin pour survivre et maintenir en activité ses fonctions au repos : cœur, cerveau, respiration, digestion, température du corps. Rien que ça dis donc.

Ce petit miracle, c’est l’hormone thyroïdienne T3L qui va le réaliser en stimulant presque tous les tissus de l’organisme pour produire des protéines, indispensables à notre fonctionnement (enzymes, tissus, mobilité, ADN, expression génétique, métabolisme énergétique, transmissions des signaux).

Ce qu’il est important de comprendre c’est que notre thyroïde ne fabrique que 90% de T4L qui sont des hormones de réserve et seulement 10% de T3L.

Le corps va donc réaliser une conversion des T4L en T3L. Cette conversion se réalise dans le foie et dans l’intestin principalement. Une enzyme la 5-déiodinase (sorte de petits ciseaux), va découper l’atome d’iode qui est en trop dans le T4L.

Nos T3L ainsi obtenues pourront alors se diriger vers les cellules pour pouvoir réaliser leurs fonctions.

Leurs récepteurs se situant sur le noyau, au centre de la cellule, elles vont avoir besoin de l’aide des vitamines A et D ainsi que du cortisol pour rentrer.

Le parcours des hormones thyroïdiennes touchent à leur fin, elles vont enfin pouvoir lancer le fournil de production.

Ça, c’est quand tout se déroule bien, or de nombreuses personnes souffrent de symptômes d’hypothyroïdie. Il y a de nombreuses causes qui peuvent être responsable de cet état de fatigue profonde mais cet article va développer la première sur laquelle nous pouvons agir rapidement : les carences alimentaires.

Eh oui, à chaque étape, que ce soit production, conversion ou entrée dans la cellule, nous avons besoin de nombreux éléments. Ces éléments sont bien souvent des micronutriments : les fameux vitamines et minéraux.

Il est intéressant de les connaitre pour savoir où les retrouver dans les aliments que nous pourrons ajouter de manière régulière dans nos assiettes. Voyons cela ensemble.

Les 3 causes majeures de symptômes d’hypothyroïdie liées aux carences alimentaires sont :

1) La diminution de la production des hormones thyroïdiennes dans la thyroïde.

Nos hormones thyroïdiennes T4L et T3L sont composés de tyrosine qui est un acide-aminé et d’iode. Pour que ces éléments s’assemblent, nous avons besoins de cofacteurs. Une vraie machinerie. Il s’agit des vitamines, A et E, B1, B2, B3, B12 ainsi que des minéraux tel que le fer, le sélénium, le zinc, le manganèse et le molybdène.

2) La diminution de la conversion des T4L de réserve en T3L actives au niveau du foie et de l’intestin notamment.

L’enzyme 5-déiodinase pour être active va avoir besoin là aussi de vitamines A et E, de sélénium, de zinc, de cuivre, de magnésium.

Ce magnésium nous fait cruellement défaut lorsque nous sommes stressés car nous le consommons en plus grande quantité à cette occasion. C’est pour cette raison que de nombreuses personnes ayant une bonne TSH et de bonnes doses de T4L dans le corps se retrouvent avec des symptômes thyroïdiens. Leur corps n’est plus en mesure lui, de réaliser de belles conversions et manque alors de cette T3L essentielle.

Le stress ne fait pas tout car une alimentation non adaptée à notre nature et nos besoins du moment pourra également amener des carences d’apports en ces différentes éléments indispensables.

3) Les hormones T3 actives n’arrivent plus à rentrer dans les cellules pour agir :

Il n’existe pas de récepteur sur la paroi de la cellule, ce sont encore une fois nos merveilleuses vitamines liposolubles A et D ainsi que notre cortisol, qui fait ici son apparition qui vont permettre ce passage. Le cortisol, est une hormone du stress qui permet à notre corps de libérer du glucose sanguin, sucre qui apporte l’énergie pour fuir ou combattre en cas de situation considérée comme dangereuse.

Savez-vous d’où sont issus ces 3 éléments ?

Des graisses !

Les vitamines A et D sont dites liposolubles car elles sont contenues dans les lipides donc la graisse. Nous les retrouverons dans les aliments gras. Et notre cortisol comme d’autres hormones que sont l’adrénaline, la progestérone, les œstrogènes et la DHEA qui est l’hormone de jeunesse sont toutes issues de la cascade hormonale du cholestérol. Le cholestérol est donc indispensable. Les nombreuses campagnes de santé qui ont débutés dans les années 1970 sont en partie responsable de carences en acides gras et en ces précieuses vitamines.

Nous constatons en consultations de nombreuses personnes épuisées ou ayant des déséquilibres hormonaux qui vont rapidement mieux dès qu’elles ont pu se réconcilier avec le gras de qualité et non transformé. L’énergie remonte vite.

Récapitulons, pour que la thyroïde fonctionne correctement et que ses hormones puissent agir, il faut que notre alimentation puisse nous apporter tout ça !!!

• Iode (étape 1)
• Tyrosine (étape 1)
• Vitamine A (étapes 1, 2 et 3)
• Vitamine D (étape 3)
• Vitamine E (étapes 1 et 2)
• Vitamines B1, B2, B3, B12 (étape 1)
• Fer (étape 1)
• Sélénium (étapes 1 et 2)
• Zinc (étapes 1 et 2)
• Manganèse (étape 1)
• Molybdène (étape 1)
• Cuivre (étape 2)
• Cholestérol pour fabriquer le cortisol (étape 3)

Découvrons maintenant les quantités dont nous besoin selon les ANC Apports Nutritionnels Conseillés ainsi que les listes d’aliments où on peut les retrouver en plus grande quantité.

Vous retrouverez toutes ces listes dans cette vidéo YouTube ainsi que sur les tableaux ci-dessous :

ous venons de voir dans cet article, les dysfonctionnements thyroïdiens liés aux carences alimentaires ainsi que les aliments qui nous permettent de retrouver notre santé en nourrissant toutes ces 3 phases.

Le rôle de la diététicienne est donc important dans l’accompagnement de la personne ayant des symptômes d’hypothyroïdie.

En consultation, un diététicien formé peut également vous aider à repérer si vous n’avez pas d’autres déséquilibres alimentaires.

Les plus fréquents sont :

– Les glycémies instables. Je vous invite donc à réaliser le test des glycémies instables dans la vidéo d’un autre article intitulé, Glycémie Instables test, causes et conséquences.

– Les sensibilités alimentaires. Ces aliments sont tous formidables mais il peut arriver que votre cœur réagisse à une famille ou un aliment en particulier et tout cela peut stresser votre thyroïde et la chambouler.

N’hésitez donc pas à consulter en cas de besoin surtout si vous avez des troubles digestifs associés.

Mes derniers articles

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

PRISE DE RDV

Vous êtes à Bordeaux et aspirez à une vie pleine d'énergie, sans douleurs et moins dépendante de médicaments ? Découvrez comment une alimentation adaptée à votre nature et à vos besoins actuels peut être la solution.

Que vous soyez confronté(e) à des troubles auto-immuns, inflammatoires, des problèmes digestifs, une peau sensible ou atopique, ou que vous ressentiez simplement un besoin accru d'énergie, mon approche personnalisée, basée à Bordeaux, est là pour vous guider vers une santé optimale.

Les consultations diététiques en détails

Quel type de consultation vous intéresse ?

Prendre rendez-vous pour une consultation en ligne